Un peu de lecture intelligente...

Publié le 16 Avril 2012

  IMG00732-20120419-1520

ça c'est juste pour dire que oui il pleut, mais entre deux averses, la beauté est là.....

 

    Je suis en train d'écrire mon mémoire de master, donc 1. j'ai pas trop le temps d'alimenter ce blog et 2. je lis pleins de livres sérieux!

Et je me suis dis (toute généreuse que je suis) que je pourrais vous faire partager mes découvertes littéraires puisque ça concerne les Japonais et l'interculturel.

 

Voici les quatre livres que je vais vous présenter:

 

-Le Chrysanthème et le Sabre (The Chrysanthemum and the sword) de Ruth Benedict (1946)

-Le Jeu de l'indugence (甘えの構造) de Doï Takeo (1988)

-Eloge de l'ombre (陰翳礼賛) de Junichirô Tanizaki (1933)

-Bonjour/Konichiwa, Pour une meilleure communication entre Japonais et Français(今日は、日本人と仏蘭西人のよりよいコミュニケーションのために)de Jocelyne Sourisseau

 

    Ces livres sont d'une grande utilité pour toute personne cherchant à comprendre un peu mieux la culture japonaise et les comportements des Japonais.

 

 

    Le livre de Tanizaki, l'Eloge de l'ombre est une réflexion sur la conception japonaise du beau.

Sur un ton désinvolte l'auteur s'attache à décrire l'architecture des maisons japonaises dont les toits en auvent et les fenêtres en papier créent un intérieur très sombre et comment cette caractéristique a eu un impact sur tous les éléments de décoration.

   Il nous décrit l'importance de l'ombre et de la lumière révélant en alternance tel ou tel détail. Du décor mural en feuille d'or, des bols en laque rouge, des calligraphies au fond des toko no ma, ou encore du riz dans un bol noir, tout semble être fait pour révéler les contrastes de couleurs dans un espace sombre éclairé par quelques bougies.

  Il compare l'architecture japonaise dont le toit à pour fonction de protéger du soleil à l'architecture européenne dont les toits ne sont là que pour protéger des intempéries et qui doivent permettre le plus possible à la lumière de pénétrer à l'intérieur du bâtiment. Il explique comment ces deux caractéristiques ont conditionné l'art décoratif de chaque culture. Ce livre de 80 pages est à lire en une seule traite et à relire encore et encore.


Photo-du-60276542-04--a-16.44.jpg

 

   Le Chrysanthème et le Sabre est un livre assez singulier surtout par son contexte d'écriture. Ruth Benedict, anthropologue américaine, écrit ce livre en 1946 sur une commande de l'Office of War Information. Cette étude sur le peuple et la culture japonaise devait aider les Américains dans leur reconstruction du Japon d'après-guerre. Ce qui caractérise cette oeuvre est que l'auteure n'a pas pu se rendre au Japon pour ses recherches et qu'elle a travaillé essentiellement sur des recherches en bibliothèque ou des interviews d'immigrés japonais et de prisonniers de guerre. Le résultat est que ce livre est devenu un classique de référence reconnu par les Japonais parmi les livres écrits sur eux. Il a été depuis énormément critiqué, complété, réfuté, interprété, approfondi...

    J'ai trouvé ce livre passionnant. C'est un classique à lire pour toute personne s'intéressant au Japon.

 

                        ruth_benedict-le-chrysantheme-et-le-sabre.jpg                4724368111_edf22edbdd.jpg

Je n'ai pas pu m'empêcher de mettre la photo de Ruth Benedict, car en plus d'être intelligente, elle est magnifique.

 

 

    Doï Takeo s'est fait connaître en Occident grâce au best-seller dont le titre en français est Le Jeu de l'indulgence. Etude de psychologie fondée sur le concept japonais d'amae.

    Page 15, l'auteur dit avoir lu le livre de Ruth Benedict d'une traite et de s'y être retrouver dans chaque détail décrit par l'américaine. Il s'est alors interrogé sur les différences entre les Américains et les Japonais et a orienté ses recherches sur la spécificité de la personnalité japonaise à travers le concept de sentiment de dépendance affective, qui bien qu'universel se manifeste d'une manière particulière au Japon. Son analyse m'a permis de comprendre beaucoup de choses qui me paraissaient énigmatiques dans l'attitude des Japonais dans la vie quotidienne, dans le monde du travail ou encore dans la littérature ou le cinéma.

    Ce livre est passionnant mais je vous préviens c'est dense et le vocabulaire est musclé. Celui-là ne se lit pas en one shot !


Photo du 60894255-04- à 16.54

 

     Le dernier livre, est un peu différent. Son origine est une thèse de doctorat en sciences du langage que l'auteure a écrit à l'Université de Toulouse Le Mirail. De son expérience de l'enseignement du français langue étrangère (FLE) à l'Institut franco-japonais de Kyoto, elle en tire ce livre, dont le but est d'améliorer la communication entre les Japonais et les Français. Pour cela elle fait une analyse de la langue, de l'histoire, des valeurs et comportements communicatifs des Japonais, ainsi que de leur système éducatif. Elle décrit ensuite les nombreux malentendus et incompréhensions qui découle du "choc culturel" entre deux cultures et deux langues si différentes que sont le japonais et le français. Elle termine son livre avec des solutions de communication interculturelle pour notamment améliorer l'enseignement du F.L.E. aux étudiants japonais. 

    Pour moi ce livre a été une révélation, il est clair, précis et très intelligent. De plus il est très abordable, et permet aux non-japonisants de se faire une image du Japon loin des stéréotypes. Il plaira aussi aux enseignants pour son approche interculturelle de l'enseignement. 

    Si vous ne pouvez lire qu'un livre de cette liste, lisez celui-là, il est génial !

(disponible à la BULAC quand je le rendrai ;-) )

 

 

Photo-du-51547738-04--a-14.19.jpg

 

Bonne lecture!

 

 

Mise à jour du 11/06/12


D'autres classiques pour mieux comprendre le Japon et les Japonais:

 

-BERQUE Augustin, Le sauvage et l'artifice. Les Japonais devant la nature, 1986

 

-KOZAKAI Toshiaki, Les Japonais sont-ils des occidentaux? Sociologie d'une acculturation volontaire. 1991

 

 

-Pour le management interculturel:

HALL Edward T. et Mildred Reed, Comprendre les Japonais, 1994

 

 


Rédigé par Flo-maki

Publié dans #Culture maki

Commenter cet article