Choc du retour bonjour!

Publié le 20 Novembre 2013

Oui bon ok, le mot "choc" est un peu excessif ! Disons que je l'ai utilisé pour attirer le chaland mais en réalité mon choc du retour ça a été plutôt des "petits chocs".

Le choc du retour ou « choc culturel inversé » est ce que moi j'appelle le retour à la réalité après la phase de rêve qu'a été le séjour à l'étranger.

Cet article détaille bien les différentes phases du choc du retour.
Pour ma part la phase 1 de l'euphorie, décrite dans l'article, n'a durée que quelques jours et s'est traduite par prendre des tas de photos chez le boulanger et me jeter sur le saucisson, les fruits et dépenser trop d'argent dans des restaurants! Je suis maintenant dans la phase 2 du choc et je me reconnais plus particulièrement dans ces trois paragraphes: " Vous êtes critique de votre milieu", "Vous avez la nostalgie des amis et du style de vie outre-mer", "Vous vous sentez vulnérable et sans pouvoir".

Cependant nuançons, je ne suis partie qu'un an et je suis rentrée il y a seulement 15 jours environ, donc mon choc du retour est et sera plutôt léger.

Mais revenons à ces "petits chocs" et ce que j'entends par là.

Petit choc 1: les gens sont grands et robustes, et je me fonds dans la masse

Après un an au Japon à se trouver grosse car on se compare à ce qu'on voit c'est-à-dire des Japonaises minces et dépourvues de cellulites, se retrouver tout d'un coup entouré de gens avec des corpulences grandes et "épaisses" (dans le sens pas maigre), c'est surprenant! J'ai découvert ce petit choc dans l'avion, j'ai trouvé les hôtesses de l'air et stewards d'Air France ainsi que les passagers non-asiatiques très grands, presque démesurés alors que non ils étaient normaux!!

Donc voilà, maintenant ma corpulence est normale. De plus, j'arrive dans un pays plein de diversité et je ne suis tout d'un coup plus la seule "blanche-étrangère" dans le métro ou le magasin... Décidément c'est clair je me fonds dans la masse. Et mes sentiments sont contradictoires sur ce point.

Au Japon, j'en avais marre de ne jamais passer inaperçu, de toujours être prise pour l'étrangère de service alors que je ne me sentais pas étrangère mais bien chez moi avec mes petites habitudes quotidiennes. Depuis mon retour en France, je me sens étrangement étrangère, la première semaine, prendre le métro, marcher dans une rue parisienne ou acheter une baguette ne faisaient pas encore partie de mes petites habitudes quotidiennes. Mais les gens en face de moi, eux, me renvoient l'image que je suis comme eux. Je passe inaperçue. Et ça fait bizarre. Toutefois avec le temps et la reprise des habitudes ce sentiment s'efface.

Les seuls moments où je passe pour une étrangère en France c'est dans ma lutte pour retrouver un téléphone portable, une assure santé et un job .... et .... quand je ne reconnais pas Nabilla sur une affiche !!

Petit choc 2 : je comprends ce que les gens disent autour de moi

Ce petit choc a commencé avant le retour en France. Et plus précisément lors de notre voyage à Kyoto. Voyage qui s'est fait exactement au moment des vacances de la Toussaint et qui a rempli Kyoto de touristes français. C'est dans un restaurant entourée de tables de touristes français que j'ai eu le choc. Je comprenais tout ce qu'ils disaient !! Ce n'est pas le problème du français, parce que je parlais déjà français avec mon frère depuis deux semaines, non, c'était plutôt le fait qu'il fallait que je fasse attention, les gens autour pouvaient comprendre ce que je disais.

Perdre le super pouvoir "je peux dire tout ce que je veux tout haut, j'm'en fout, personne comprend" a été un gros petit choc!

Je vous préviens, faites attention, ce pouvoir ne marche pas en France car risque d'effets secondaires fâcheux...

Petit choc 3: je ne sais plus comment utiliser la politesse française

Ce n'est pas comme si je n'avais pas prononcé un mot de français pendant mon année au Japon. J'ai parlé français, mais avec mes amis français à Tokyo ou avec ma famille (vive Skype!).

Mais quand l'hôtesse de l'air m'a demandée en français si je voulais quelque chose à boire je lui ai répondu: "yes, some tea please" et elle: " mais vous êtes française, non?", moi : "euh oui, pardon, ...euh... du thé.... s'il vous plaît ". Et de me rendre compte que ça faisait un an que je n'avais pas dit s'il vous plaît ! Le problème était le même les premières fois à la boulangerie, à la caisse du Monop' et au restaurant.

Pendant mon année au Japon j'avais petit à petit lâché ma politesse à la française pour adopter la politesse japonaise. Par exemple il m'a fallu beaucoup de temps pour arrêter de répondre quelque chose à la vendeuse de magasin japonais qui t'accueille avec un "irrashaimase いらっしゃいませ". Car le client au Japon est roi et ne s'abaisse pas à répondre de la politesse aux vendeurs. Mais pour une Française, c'est automatique, on sort des bonjours et des mercis à tout va!!

Et la semaine dernière, j'ai failli héler un serveur de restaurant par un beau (je suis une pro maintenant!) sumimasen すみません (= excusez-moi)!! Mon petit cerveau m'a arrêté à temps.

Petit choc 4: je pensais que ça mettrait plus de temps pour me réadapter

Comme je m'étais vraiment bien habituée à ma vie à Tokyo, je pensais que ça serait difficile de me remettre dans le bain français. Mais en fait j'ai été surprise à quel point j'ai retrouvé mes habitudes françaises rapidement. A part les quelques petits bugs décris plus haut, les gestes ont été automatiques. On se rend compte que c'est comme le vélo ça ne s'oublie pas!!

Dernier truc. Il faut vraiment que j'arrête de sortir des mots en japonais tout le temps, personne ne me comprend, et ça m'énerve de devoir systématiquement traduire et en plus j'ai l'air ridicule...

C'est dommage car il y a certains mots que j'adore utiliser, (les japanophones me comprendront) : めんどくさい,うるさい, ごめんね, ちょっと待って, どうぞ, etc ...

Choc du retour bonjour!

Rédigé par Flo-maki

Publié dans #Ma vie de maki

Commenter cet article

Hakima 20/11/2013 21:52

Ohhh comme je me connais la dedans! Je vis la même chose!!! Le choc aussi des parisiens qui se plaignent de tout!!! C'est insupportable!!!